Evelyne Bonneaud - L'art de l'équilibre | Prévention des TMS
6931
page-template-default,page,page-id-6931,page-child,parent-pageid-138,edgt-cpt-1.0.2,ajax_updown_fade,page_not_loaded,boxed,,homa child-child-ver-1.0,homa-ver-1.9, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,vertical_menu_background_opacity_over_slider vertical_menu_background_opacity_over_slider_on,vertical_menu_background_opacity, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,enable_full_screen_sections_on_small_screens,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Prévention des TMS

Découvrez les bienfaits de la Technique Alexander®

pour prévenir les Troubles Musculo Squelettiques (TMS)

Se lever et s’assoir sur une chaise est très intéressant pour comprendre que le résultat de s’assoir n’est pas le plus important mais c’est la manière dont on s’y prend. On fait souvent ce geste automatiquement en pensant à autre chose et souvent la tête part en arrière, le cou se contracte, les épaules se voûtent, le dos se casse en deux, les genoux vont vers l’intérieur… Les hanches ne se coordonnent pas forcément et des forces contraires se combattent. Bref, beaucoup d’efforts et d’énergie pour rien.
L’objectif est donc d’agir en conscience en sachant comment orienter finement l’unité de son corps et c’est à ce stade que la Technique Alexander® devient unique en son genre. Des années de mauvaises habitudes peuvent changer.

une leçon type

durée 1 heure

La 1ère séance permet de connaître les besoins et les motivations des personnes. Cette écoute est une mise en route sécurisante pour la personne qui se sent comprise et reconnue dans sa singularité.
Le professeur dans un 1er temps guide l’élève par un toucher subtile et léger dans le but d’apprendre mieux et plus juste.

Il ne s’agit pas de manipulations mais d’un guidage et d’un travail de prise de conscience de sa position, de sa respiration, de sa qualité de coordination (tassement, raideur), de fluidité et d’équilibre.Simultanément, un état d’attention et de relaxation se met en place pour rediriger le corps et dialoguer avec lui en mouvement. Nous pratiquons le « stop » lors d’un mouvement comme s’assoir sur une chaise, c’est-à-dire une pause avant de s’asseoir ou de se lever pour « arrêter de vouloir le faire » ou de se focaliser sur le résultat.

En fin de séance un « repos actif » allongé sur le dos est proposé pour une relaxation globale.
Les tensions musculaires peuvent alors diminuer en intégrant l’information d’une nouvelle manière de s’utiliser et en utilisant notre capacité cognitive pour amorcer une meilleure répartition de l’énergie dans le corps et faire des choix plus appropriés.
La personne repart avec un plan d’action et de nouvelles directives afin d’intégrer les principes de cette méthode entre les séances.

Une aisance et une fluidité

Elle évite des tensions inutiles spécifiques du travail répétitif ou de la station assise prolongée.
Exemple : personne ayant un trouble du canal carpien par des tensions psycho-physiques extrêmes dans la frappe sur ordinateur, douleurs de dos, musiciens…

Une tonicité du dos, une posture maîtrisée et une attitude mentale positive

La qualité respiratoire sera améliorée sur une architecture posturale retrouvée ainsi
qu’une meilleure coordination globale.
Exemple : convalescence, mauvaise perception de soi, attitude de tassement et déséquilibre de compensation.

Une diminution des tensions entraînant inconfort

La personne va trouver de nouvelles façons de s’utiliser pour agir contre la fatigue, le stress et le déséquilibre postural. Elle pourra retrouver une
pensée positive par un meilleur contrôle de ses réactions.
Exemple : céphalée, maladies du type Parkinson, pression croissante de l’environnement de travail, le trac de l’acteur, de l’orateur, du musicien…

Une remise en forme progressive et individualisée

Le programme PDIP © peut être utilisé en complémentaire sur 10 semaines. C’est un programme de gestion de reprise d’activité progressive afin de minimiser l’incapacité reliée à la douleur et stimuler la motivation à se mobiliser.
Exemple : arrêt de travail suite à une maladie ou accident.