Evelyne Bonneaud - L'art de l'équilibre | Artistes
6359
page-template-default,page,page-id-6359,page-parent,edgt-cpt-1.0.2,ajax_updown_fade,page_not_loaded,boxed,,homa child-child-ver-1.0,homa-ver-1.9, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,vertical_menu_background_opacity_over_slider vertical_menu_background_opacity_over_slider_on,vertical_menu_background_opacity, vertical_menu_with_scroll,smooth_scroll,blog_installed,enable_full_screen_sections_on_small_screens,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive

Artistes

Ce que nous pouvons apporter aux artistes

> Améliorer sa posture et sa respiration

> Prévenir les douleurs

> Éliminer les tensions inutiles

> Défatiguer la voix

> Développer sa liberté de mouvements

La Technique Alexander pour l’artiste, associée au mouvement fonctionnel est une éducation corporelle qui est destinée à améliorer la performance physique et mentale de l’artiste.

Ici, il s’agit d’une éducation fine de la proprioception par le toucher. Le contact subtil des mains permet à la personne de prendre conscience des tensions excessives et de les réguler, une réorganisation optimale découle de cet enseignement pour redonner des directions naturelles au corps.

La Technique permet de :

  • Réguler et  équilibrer le  corps (répartition des tensions justes pour l’action, ancrage…)
  • Redonner au geste plus de fluidité et de conscience
  • Corriger subtilement des habitudes de tension et de posture
  • Eviter d’entraîner sournoisement des douleurs freinant la progression et la liberté de jeu de l’artiste.
  • Retrouver un état neutre et un calme intérieur pour une respiration optimisée
  • Compléter les soins classiques pour accélérer la guérison.

Je tiens à remercier André Lepère kinésithérapeute et conseillé artistique de la Technique Rosalia Chladek® qui m’a initiée et imprégnée de son enseignement vers le mouvement libre. « La sensorialité est une qualité essentielle pour l’artiste qui lui permet de percevoir la musicalité d’un corps bien accordé ».

Exemples d’intervention

STAGE POUR MUSICIENS DANS VOS LOCAUX

La Technique Alexander© pour la pratique artistique

MODULE DE FORMATION PROFESSIONNELLE

ils témoignent

Pierre L. | hautboïste professionnel

Les réactions physiques ou organiques en réponse au stress sont multiples. Lorsqu’elles se manifestent, leurs douleurs nous épuisent. Il nous faut récupérer, sans pour autant mettre entre parenthèses nos activités et notre vie de tous les jours… Et tout naturellement, on appréhende la prochaine crise !
En tant qu’instrumentiste à vent, les tensions musculaires, les douleurs et les crampes ont été une source de difficultés dans ma pratique instrumentale et dans ma vie de musicien. Le squelette, les organes et les muscles, les nerfs et tendons sont très sollicités et peuvent dans certaines conditions être exposés à de nombreuses tensions.
Au bout de nombreuses années de travaux et de recherches, je pratique aujourd’hui la Technique Alexander. Les douleurs et les crampes ont disparu, les tensions ont considérablement diminué. Cette Technique nous apprend à respecter notre corps dans l’action, grâce à une meilleure connaissance de nous même. Ainsi, notre corps fonctionne mieux, il se prépare mieux, son champs d’action est plus large, la récupération complète.
Eveiller, sensibiliser, diffuser, développer l’apprentissage de cette Technique au plus grand nombre, mais aussi aux plus jeunes, me semble être une évidence.
Depuis bientôt un an, j’étudie cette Technique avec Evelyne Bonneaud. Ses compétences indiscutées, sa rigueur et son engagement indéfectible, ses grandes qualités humaines et d’écoute, me permettent de réaliser, à son contact, un travail très constructif, très efficace, essentiel et passionnant.

Gilles | pianiste enseignant concertiste

En jouant Chopin, j’avais la sensation d’être en monobloc, de ne pas bouger autant, moins m’investir physiquement d’une certaine manière…En effet, la séance d’Evelyne sur cette action m’a donné la sensation d’une écoute plus disponible, donc une phrase plus évidente à mener. Le corps est ostensiblement moins actif, c’est un peu comme si je me sentais dans une position de recul objectif. Cela m’a permis de « dominer » objectivement et consciemment la problématique de Chopin: phrase longue, calme, chantante. La complexité de sa musique consiste en une simplicité d’exécution. Dès lors que la difficulté prend le pas sur l’aisance, la phrase perd de son naturel. Une sensation physique de facilité s’est dégagée par le simple fait de conserver un stoïcisme extérieur.

Il s’agit d’accepter le moment présent, et de l’accepter moment après moment, par le
renouvellement de ses directions. Il s’agit de prendre conscience que nous avons le choix d’être libre dans nos déplacements, nos comportements, nos pensées et notre ressenti.

Justine | flûtiste traversière au CNSM de Paris

Entre autre, la technique Alexander m’a aidée à faire disparaître les tensions liées au travail intensif de mon instrument. Les flûtistes  jouent « de travers J’ai pu mieux sentir le soutien, la base du souffle. Le son était beaucoup plus ouvert et les crispations enlevées en demandant moins d’effort. Par ailleurs, cela m’a permis de diminuer une douleur chronique à la mâchoire.

Graham Fox | comédien

Les Arts du spectacle et la Technique Alexander selon Graham Fox, professeur de Technique Alexander à Lyon (Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Techniques du Théâtre)

La Technique Alexander est enseignée dans de nombreuses écoles d’art dramatique, de musique et de danse à travers le monde : Royal Academy, Guildhall et Central School à Londres, Juilliard School à New York, CNSMD de Paris, ENSATT à Lyon, etc. Un travail de recherche a été accompli en 1996 à la Central School of Speech and Drama, à Londres, concernant l’influence d’une série de cours individuels de la Technique Alexander sur la fiabilité sensorielle, la posture, le fonctionnement vocal et l’interprétation de textes de Shakespeare (mémoire de maîtrise « The Use of the Voice », par Robert Macdonald). Les conclusions sont très positives en ce qui concerne la qualité vocale, la souplesse, la sensibilité du jeu et l’ouverture vers des rôles inhabituels. Le travail au masque neutre chez Copeau et Lecoq peut également être comparé à l’expérience proposée par la Technique Alexander : « parce qu’il connaît l’équilibre, l’acteur exprime beaucoup mieux les déséquilibres des personnages ou des conflits » (Jacques Lecoq, Le Corps Poétique).
Erick Hawkins et Trisha Brown incarnent  le principe du lâcher-prise (« release «) comme source et essence de l’énergie du mouvement dansé. Eva Karczag résume ainsi l’apport de la TA : « …une intégration profonde, une aisance, un mouvement intérieur, un soutien par l’énergie et une présence » ; elle dit chercher un centre neutre et naturel pour initier le mouvement. Elle affirme que « le travail Alexander nous ramène à un lieu de repos neutre, qui canalise le flux du mouvement ». Discipline passionnante parce qu’il nous emmène vers l’inconnu ; en prenant conscience de nos manières d’entraver notre potentiel d’ouverture, d’expression et d’échange, nous apprenons à « ne pas être en travers du chemin », à laisser faire et à nous laisser porter, sans pour autant abandonner le gouvernail.